Un article de Megan Quinn

En juin 2022, la Sustainable Forestry Initiative (SFI) et son programme éducatif primé, Project Learning Tree(PLT), se sont réunis à Madison, au Wisconsin, pour un premier congrès conjoint.

Le thème du congrès annuel de 2022 était « Collaborer pour les communautés et les forêts ». Il est donc logique que le congrès ait également accueilli la première cohorte de mentorés du congrès SFI. Dix-neuf jeunes adultes ont été sélectionnés à travers l’Amérique du Nord pour participer à un programme de mentorat d’une durée de quatre mois culminant avec le congrès.

Les mentorés ont été jumelés avec des professionnels du secteur des forêts et de la conservation, dont les expériences étaient aussi diverses que les mentorés choisis pour le programme. Chaque mentoré a participé au programme de mentorat vert avec ses objectifs particuliers – certains étaient des étudiants cherchant à se tailler une place dans le marché du travail, tandis que d’autres étaient de jeunes travailleurs souhaitant réorienter la trajectoire de leurs parcours professionnel.

Dans mon cas particulier, ma participation à titre de mentore m’a offert l’occasion de voir d’un autre œil le travail que je fais en tant que biologiste de la conservation au sein de Conservation de la nature Canada, en plus de perfectionner ma capacité de partager mes connaissances par le biais d’exposés et de discussions de fond.

L’importance des mentorats intergénérationnels pour les jeunes travailleurs du secteur forestier ne peut être sous-estimée. Les jeunes ont besoin de mentors qui les accueillent, les soutiennent et les guident. Un programme bien intentionné de soutien des jeunes travailleurs peut rapidement s’effondrer s’il ne répond pas vraiment aux besoins des participants. J’ai eu l’occasion de participer à plusieurs programmes destinés aux jeunes à travers le Canada, et je suis vivement impressionnée par le programme Mon mentor vert.

Accessibilité

Pour avoir un impact significatif et durable, un programme de mentorat pour les jeunes doit offrir des possibilités accessibles. Pour de nombreux jeunes, le coût de la participation à un congrès international constitue un obstacle insurmontable. Dans le cadre du programme Mon mentor vert, les frais de voyage et d’hébergement, les repas et les frais d’inscription au congrès étaient couverts pour les mentorés, ce qui nous a permis à tous les participants invités à profiter pleinement de leur expérience.

Le soutien ne s’est pas limité aux aspects financiers. En préparation du congrès, les mentorés ont été invités à participer à une réunion virtuelle, à se joindre à un groupe de discussion en ligne et ont reçu un guide du congressiste comprenant une foule de conseils pratiques au sujet des règlements importants sur les voyages internationaux, des détails sur la tenue vestimentaire et plus encore. Pour une jeune personne qui assiste à un congrès pour la première fois, ces conseils pratiques sont très utiles et les aident à se sentir mieux préparés. Même si ce n’était pas mon premier congrès, les ressources du programme Mon mentor vert m’ont permis de tirer le meilleur parti de chaque séance et m’ont aidé à sentir que j’avais ma place dans cet espace.

Implication authentique

Au moment de l’inscription sur place, les mentorés ont reçu un porte-nom qui les identifiait comme faisant partie du programme. Ces badges de couleur ont indiqué à tous les participants du congrès que nous étions ici pour apprendre. Ma mentore, la présidente-directrice générale de la SFI, Kathy Abusow, a ouvert le congrès en encourageant tout le monde à entamer une conversation avec les mentorés. Pour quelqu’un qui entre dans une pièce remplie de professionnels, dont beaucoup ont des relations préexistantes, il peut être intimidant de faire le premier pas et de se présenter. En démarrant le congrès sur ce ton convivial et accueillant, j’ai eu le sentiment d’être authentiquement impliquée dans cette grande expérience.

Des événements distincts ont été organisés spécifiquement pour les mentors et les mentorés, mais nous n’avons pas été tenus à l’écart.  Les mentorés étaient d’abord et avant tout encouragés à assister aux séances générales du congrès et à nouer des contacts avec tout le monde. Il peut être facile d’isoler involontairement les jeunes professionnels en leur donnant trop de réunions parallèles. Toutefois, dans ce cas-ci, les activités organisées à l’intention des participants du programme Mon mentor vert ont vraiment ajouté à notre expérience du congrès SFI/PLT.

Exemples concrets d’action et d’engagement

Pour de nombreux mentorés, le congrès annuel SFI/PLT 2022 a non seulement été l’occasion de rencontrer leur mentor en personne, mais aussi de les voir en action lors des séances techniques. C’est déjà bien d’échanger de personne à personne sur les détails de son quotidien, mais c’est vivement impressionnant et d’autant plus significatif de voir quelqu’un dans le feu de l’action, de constater leur degré d’engagement envers leurs activités professionnelles.

Les mentorés ont été invités à apprendre et à participer à une variété d’activités du programme, y compris les séances Favoriser la diversité dans le secteur forestier, Sensibiliser le public à la durabilité forestière, Concevoir des programmes de formation efficaces pour les relations avec les Autochtones et Assurer la pérennité des forêts par l’engagement communautaire face aux changements climatiques et aux feux de forêt. Et même si le programme du congrès traitait de questions complexes et de grande envergure, nous avons été invités à nous engager, à poser des questions et donner notre point de vue.

Réseautage

Le réseautage ne se fait pas uniquement dans une salle de conférence. Certaines des conversations les plus organiques et les plus significatives que j’ai eues avec les participants du congrès ont eu lieu lors des activités de divertissement. Qu’il s’agisse de trouver un ami pour la course de 5 km, de participer à une partie de Jenga très compétitive ou de partager des expériences de vie autour d’une tasse de thé, le congrès annuel conjoint SFI/PLT 2022 a atteint un parfait équilibre entre travail et convivialité.

Pour cette cohorte spéciale du programme Mon mentor vert, le congrès SFI/PLT n’était qu’un début. Au cours des prochains mois, les participants rencontreront individuellement leurs mentors pour explorer leurs objectifs de carrière. Les mentorés peuvent choisir de suivre le parcours défini dans le Plan de carrière verte (une publication d’APLA Canada fort utile) ou de s’engager dans une démarche de mentorat autonome.

Il m’est arrivé trop souvent de m’asseoir dans une pièce et d’avoir l’impression d’être la seule jeune personne à la table. Cette dernière expérience a été toute autre. Le programme Mon mentor vert donne le bon exemple de la façon dont les jeunes peuvent s’impliquer de manière authentique dans les programmes de foresterie et de conservation. En réfléchissant à mon séjour au Wisconsin, j’ai l’impression d’être revenue au Canada avec un sens renouvelé des objectifs de mon travail dans le domaine de la conservation, et j’ai hâte de voir quelles possibilités ce programme me permettra d’explorer.

Apprendre par les arbres Canada (APLA Canada, en anglais PLTC), une initiative du SFI, a lancé le programme Mon mentor vert pour aider les jeunes adultes à élargir leurs connaissances, leurs objectifs et leurs réseaux de contacts dans le secteur des forêts et de la conservation. Le programme les met en relation avec des professionnels des emplois verts à l’aide d’un algorithme de pointe qui crée des jumelages de mentorat réussis en fonction de la personnalité, des objectifs, des intérêts, et plus encore.

APLA Canada est présentement à la recherche de mentors et de mentorés pour la prochaine cohorte canadienne, qui sera lancée en octobre 2022! L’appel aux candidats prend fin le 29 août 2022.

Postulez pour devenir mentoré(e)         |          Postulez pour devenir mentor(e)