Jacob Handel, le nouveau directeur principal des relations avec les Autochtones de SFI, a fait une présentation lors du congrès annuel SFI/PLT 2022 à Madison, au Wisconsin, le 15 juin.

Jacob Handel, qui s’est récemment joint à SFI en tant que directeur principal des relations avec les Autochtones, apporte à l’équipe des relations avec les Autochtones une foule de connaissances et d’expériences en matière d’engagement avec les peuples et les groupes autochtones. M. Handel possède plus de 20 ans d’expérience dans le domaine de l’environnement, de l’engagement des Autochtones et des parties prenantes, de l’élaboration de stratégies, des processus réglementaires et de la négociation. Avant de rejoindre la SFI, il était conseiller en affaires autochtones dans une grande entreprise canadienne de fabrication de papier et de produits forestiers. Il a également travaillé pour des gouvernements, le secteur de l’énergie et des organisations sans but lucratif.

Jacob Handel se joint aux autres membres de l’équipe des relations avec les Autochtones de SFI : Paul Robitaille, conseiller principal, relations avec les Autochtones, Dean Assinewe, conseiller en opportunités autochtones et Catherine Langille, coordonnatrice des relations avec les Autochtones.

« Le SFI s’engage à bâtir et à promouvoir des collaborations axées sur la forêt qui reconnaissent et respectent les droits et les connaissances traditionnelles des peuples autochtones », a déclaré Kathy Abusow, présidente-directrice générale de SFI. « Jacob jouera un rôle clé dans l’engagement, la croissance et le renforcement de notre réseau de partenaires autochtones, qui compte actuellement plus de 180 communautés autochtones à travers les États-Unis et le Canada », ajoute-t-elle.

Formation, éducation et expérience professionnelle

Jacob Handel, qui est né et a grandi en Alberta, continue de vivre en milieu rural, au nord d’Edmonton. Il est Métis, c’est-à-dire qu’il fait partie d’un groupe de personnes qui ont à la fois des ancêtres autochtones et européens. Les Métis sont l’un des trois principaux groupes de peuples autochtones reconnus par le gouvernement du Canada, avec les Inuits et les Premières Nations (qui sont des peuples autochtones qui ne sont ni Métis ni Inuits). L’arbre généalogique de Jacob comprend un mélange diversifié d’ancêtres métis, européens et des Premières nations.

Jacob a obtenu un baccalauréat en sciences de l’environnement et de la conservation à l’Université de l’Alberta, à Edmonton, confirmant ainsi son désir constant de lier les relations autochtones et l’environnement.

« J’ai toujours voulu travailler au sein des communautés autochtones et avec elles, et je considérais que l’obtention d’un diplôme universitaire était très utile pour atteindre cet objectif », a déclaré M. Handel. « Le programme de sciences de l’environnement et de la conservation venait d’être lancé à l’université et mes professeurs m’ont dit que j’avais la distinction d’être la première personne autochtone à obtenir un diplôme dans ce programme. À l’époque, c’était un domaine nouveau et en pleine expansion. Aujourd’hui, c’est un domaine très solide et il est encourageant de voir beaucoup plus d’Autochtones poursuivre des diplômes similaires au mien. »

Les emplois travaillant avec ou pour les peuples autochtones étaient rares au moment où Jacob Handel a obtenu son diplôme, mais il a estimé que celui-ci l’avait préparé à la réussite. Son parcours professionnel a débuté avec les Treaty 8 First Nations of Alberta, un organisme de défense des intérêts des Premières Nations de la province.

« D’une certaine manière, j’ai bouclé la boucle, et j’en suis très heureux », a déclaré M. Handel. « Je suis passé d’une organisation de défense des droits travaillant directement pour les Premières Nations à un travail pour les gouvernements, l’industrie énergétique et le secteur des forêts et de la conservation tout au long de ma carrière. Je suis ravi de travailler maintenant avec la SFI et de continuer à collaborer étroitement avec les peuples autochtones. “

Une perspective ancrée dans deux mondes

Jacob Handel recherche souvent la sagesse et le savoir traditionnel auprès des anciens et des gardiens du savoir au sein des communautés autochtones et continue de participer aux cérémonies autochtones traditionnelles.

« Mes perspectives sont fermement ancrées dans deux mondes, car je reconnais à la fois mon ascendance autochtone et européenne. Je m’efforce d’offrir des perspectives qui marient ces deux mondes de manière significative », a-t-il déclaré. « Il est parfois difficile de les réconcilier, cela exige souplesse et ouverture d’esprit. Il existe des façons traditionnelles de comprendre et de connaître, qui me viennent de mes ancêtres autochtones, mais j’aime informer et imprégner cette perspective de l’approche occidentale de la gestion des ressources naturelles. Il n’est pas toujours facile de marier ces deux visions du monde, mais c’est une nécessité absolue si l’on veut aller de l’avant avec les initiatives parrainées et mises de l’avant par la SFI. En foresterie, il est essentiel de trouver un équilibre et de parvenir à une compréhension commune. »

« Il n’y a pas si longtemps, les connaissances et les perspectives autochtones n’étaient rarement sinon jamais prises en compte par les gestionnaires des ressources naturelles axés sur une perspective purement occidentale. J’ai eu la chance de voir et de participer à ce changement », indique M. Handel.

« Il existe une tendance de plus en plus importante à intégrer les points de vue autochtones et à voir les nombreux avantages des connaissances et du savoir traditionnels dans la prise de décision, non seulement dans le domaine des ressources naturelles, mais aussi dans celui des soins de santé, de l’éducation, etc. Cette tendance s’explique notamment par les changements réglementaires et législatifs que nous avons connu ces dernières années. Historiquement, les perspectives et les droits des autochtones n’étaient pas reconnus ou admis, mais lentement, en reconnaissant les droits inhérents et en poursuivant et en combattant les inégalités – que ce soit par le biais de politiques, de règlements, de lois ou de la jurisprudence – nous forgeons lentement un chemin de réconciliation », ajoute-t-il.

Si chaque groupe autochtone possède ses propres caractéristiques, Jacob Handel estime qu’il existe des similitudes frappantes entre eux. « Dans la prière, dans la prise de décision et dans la vision du monde, on reconnaît l’importance de l’équilibre dans les quatre directions cardinales : le corps, l’esprit, le cœur et l’âme. Cela fonde la compréhension dans une vision holistique du monde naturel. Il est important de comprendre qu’il existe des nuances et des distinctions entre les groupes autochtones, mais qu’elles découlent d’une base commune”, a-t-il déclaré.

Ce que réserve l’avenir

Jacob Handel s’est dit honoré d’avoir l’occasion de travailler avec la SFI, dont les valeurs et les principes fondamentaux consistent à respecter et à s’engager auprès des communautés autochtones dans les activités forestières.

« J’espère approfondir notre compréhension des points de vue, des intérêts et des droits des Autochtones. J’espère que les gens apprécieront et comprendront qu’en travaillant pour la SFI, une partie de mon rôle consiste à défendre les intérêts des groupes autochtones, et je chercherai à engager le dialogue avec toutes les parties prenantes pour nous aider à parvenir à une compréhension commune, pour nous aider à arriver à un endroit où nous pouvons travailler ensemble et collaborer sur les questions qui nous intéressent tous », a-t-il déclaré. « Le secteur des forêts et de la conservation est connaît une croissance aussi forte que soutenue, et il y a un besoin continu de produits, de valeurs et de services écosystémiques liés à la forêt et à la foresterie, et la SFI joue un rôle important dans cette équation. Je veux m’assurer que les groupes et les communautés autochtones font partie de cette économie – ils sont au cœur même du secteur des ressources, et leur participation active est vitale pour leur propre succès ainsi que pour la santé des économies canadienne et américaine », ajoute-t-il.

SFI EN BREF

SIGN UP to receive our Monthly Newsletter.

COMMUNIQUÉS

SIGN UP to receive the latest SFI Related News.

ARCHIVES